La vallée de la Maurienne est sans doute la plus importante des vallées transversales des Alpes françaises et son territoire coïncide avec la vallée de la rivière Arc, qui l'a façonnée après la dernière glaciation.
Long de 120 km, il coïncide en partie avec le Parc National de la Vanoise, dans la continuité du Parc National Italien du Grand-Paradis. C'est en effet une zone naturellement prédisposée à être une voie de passage privilégiée vers l'Italie, en effet sa morphologie en fait un véritable couloir naturel qui relie la France à l'Italie, formant un passage entre les sommets de plus de 3000 mètres qui constituent la frontière naturelle entre le deux pays. Le plus haut col routier des Alpes part de la vallée de la Maurienne et relie l'Iseran à la Tarentaise, mais on trouve aussi le col du Moncenisio qui mène à la vallée de Suse. Traditionnellement, et précisément en raison de la variété de sa conformation géologique, la vallée est divisée en Basse, Moyenne et Haute Maurienne. La Basse Maurienne, grâce à son relief escarpé du Grand Pic de la Lauzière et ses forêts denses offre un écosystème riche de nombreuses espèces animales rares et sauvages comme le lynx. La moyenne Maurienne, en revanche, est formée par un fond de vallée très étroit et s'ouvre sur des gorges et des verrous impressionnants comme le Pas du Roc, une destination idéale pour les excursions à la recherche de bouquetins. La plupart des centres résidentiels et industriels sont concentrés dans cette zone. La haute Maurienne est séparée de la moyenne Maurienne par l'impressionnante barrière de l'Esseillon, un verrou glaciaire rempli de gorges et de forteresses militaires qui étaient destinées à protéger la Maurienne et le Piémont des invasions françaises. Depuis le Moyen Âge, elle a toujours joué un rôle essentiel en tant que voie de passage pour le commerce du fromage, comme le Beaufort, réputé depuis l'époque romaine, du sel, des textiles et des épices grâce notamment à la route du sel. La Haute Maurienne est également liée à une curieuse histoire qui trouve son origine dans une ancienne légende selon laquelle un jeune homme aurait fait un pacte avec le diable afin de construire un pont reliant les deux côtés des Gorges de l'Arc. Surnommée les Gorges du Diable, la figure du démon est devenue emblématique dans cette région et notamment dans la ville de Bessans où l'on trouve souvent des sculptures et des peintures colorées créées par des artisans locaux. Aujourd'hui, la vallée de la Maurienne est une destination touristique attrayante, riche en stations de ski où l'on pratique par exemple le ski joëring (traîneaux tirés par des chevaux), et une destination idéale pour les cyclistes, qui peuvent profiter des nombreuses pistes cyclables qui s'y trouvent : la Maurienne a en effet créé le label "La Maurienne, le plus grand domaine cyclable du monde", qui combine des itinéraires plats avec des routes de montagne légendaires qui donnent accès à des cols alpins mythiques comme le Télégraphe ou la Madelaine.


Photo @SavoieMontBlanc-Cervellin