Les vallées de Lanzo sont un territoire composé de trois vallées encadrées tour à tour par la vallée de l'Orco au nord et la vallée de Susa au sud, ainsi que d'un splendide arc alpin qui, principalement à la frontière avec la France, compte certains des sommets les plus élevés du Piémont. Le Val Grande di Lanzo, le Val d'Ala et le Valle di Viù sont des vallées fermées, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas de cols alpins faciles qui les relient à la France ou aux vallées italiennes, mais plutôt des cols accessibles par sentier comme le Colle del Lys. Les plus de 360 sentiers balisés, couvrant plus de 1000 km, constituent une véritable force des vallées et offrent aujourd'hui une gamme infinie d'attractions touristiques axées sur l'alpinisme, l'escalade et la randonnée à tous les niveaux. Du XIIIe siècle au XVIIIe siècle, l'économie locale était basée sur l'exploitation minière et la transformation du produit extrait, mais avec l'épuisement de la ressource et l'appauvrissement du territoire, les travailleurs ont été contraints de faire de la contrebande de sel avec la Savoie voisine, en empruntant des routes alpines difficiles dans des conditions extrêmes. La grande capacité à traverser les glaciers à plus de 3 000 mètres d'altitude et le développement simultané de l'alpinisme ont fait que le contrebandier s'est progressivement transformé en guide alpin, personnage très demandé à la fin du XIXe siècle par les touristes suisses, français et anglais de haute famille. C'est pourquoi les vallées sont considérées comme le berceau de l'alpinisme italien et en particulier celui de Turin, auquel un musée est également consacré dans la ville de Balme avec un riche patrimoine photographique. L'un des aspects les moins connus de ces vallées mais qui a profondément marqué leur identité est la présence de plus de 100 lacs alpins, certains extrêmement éloignés mais d'autres plus accessibles, comme le lac Monastero, qui offre un panorama unique de verts pâturages et de rhododendrons, ou le lac Nero, riche en légendes anciennes. Enfin, les nombreux villages qui, avec leurs traditions et leur richesse historique/architecturale, sont également en mesure de satisfaire un tourisme culturel et religieux: rappelons Lanzo Torinese, véritable porte d'entrée des Vallées, avec son célèbre Pont du Diable ou le Sanctuaire de Notre-Dame de Lorette à Forno, auquel on accède en gravissant 444 marches. Un territoire riche en art, en histoire, en légendes et en témoignages de différentes époques, qui ne demande qu'à être découvert!

 

Photo @TurismoTorino